CÉLINE LACHKAR

Plasticienne
Dessin, peinture, photo, objet, installation...

Mon blog : celinelachkar.com

Née à Nice en 1977, j’ai suivi une formation pluridisciplinaire aux Beaux-Arts d’Angoulême puis de Paris jusqu’en 2006.

CL-c lachkar portrait

Mon travail protéiforme, où le dessin* garde une place centrale, se déploie comme une chambre d’échos.
Un conte à multiples facettes où j’opère à la manière d’une miniaturiste, par la finesse, l’attention aiguisée, l’intérêt pour le symbole et les multiples niveaux de lecture.
J’y raconte sous différents angles, en jouant du filigrane et du fragment, deux visions qui me constituent: celle caractéristique de notre société moderne, superficielle et partitionnée, et celle du chercheur ou du créateur qui par sa concentration peut retrouver une profondeur et une cohérence.

Ce premier regard, mécanisé et aride, nourri de quantité, de vitesse et de spectaculaires reflets, s’arrête à la surface du monde. Comme une terre mal irriguée, il sèche et se casse.
Cet état de minéralité avancée appelle à irriguer et redonner une profondeur.

Dans cette quête de réenchantement, je cherche à créer des images qui nous réparent , nous abreuvent.
Pour relier les fragments, trouver les résonnances, on peut écouter ce qui vibre encore, ce qui brille dans le noir, nos trésors intérieurs.
Cette attention, présente dans le soin et la minutie, permet de décompacter et creuser dans la surface.


* “Dessiner, c’est aller loin dans les pierres” (Yves Bonnefoy)
“Les dessins laissés sur les pierres des grottes abandonnées finissent toujours par les ouvrir” (Roberto Juarroz)

2014  La Vitrine, Mulhouse / 2013  Tribunal de Grande Instance, Mulhouse / 2011  6B, Paris / 2010  galerie Aba Art, Palma de Majorque / 2009  Lothringer 13, Munich / 2006 Attentifs, ensemble, attitudes –espace d’arts contemporains, Genève / 2005 Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris / Première vue, Passage de Retz, Paris / Festival Grandeur Nature, Queyras / 2003 Festival art-video.org, Batofar, Paris

« Il y a au fond de l’oreille ce qui nous rend capable d’entrer en résonance avec tout ce qui vit. Un petit labyrinthe génial. »

CL-Orpaillages 5 legende